visiteurs
 
 
 
 
 

 

VÊTEMENTS  LITURGIQUES

 

Voir aussi :

 

Les vêtements liturgiques trouvent leur origine dans les vêtements portés par les diginitaires romains du Bas-Empire. Dans l'Église, ils sont portés par les célébrants pour la messe et pour l'office. Dans le rite latin, le prêtre portait au cours de la messe, sur la soutane, l'amict, l'aube, l'étole, le manipule, la chasuble ou la dalmatique ; aujourd'hui, il ne porte plus que l'aube et l'étole. Pour l'office et les sacrements, il portait le surplis et l'étole ; aujourd'hui, l'aube et l'étole. Pour la messe, l'Église catholique a exigé entre le XVIe et le XXe siècle, l'emploi exclusif du lin pour les vêtements du dessous (par exemple, le surplis) et de la soie pour les vêtements du dessus (par exemple, la chasuble).

 

Amict

Du latin amicire qui signifie « couvrir ».
Rectangle de toile fine que le prêtre passe autour du cou avant de revêtir l'aube.
L'amict est marqué d'une croix que le prêtre baise avant de le poser sur sa tête, puis de le descendre sur ses épaules pour recouvrir le col de sa soutane. L'amict doit être pourvu de deux cordons assez longs pour être noués sur la poitrine. Il rappelle l'amictus qui était un vêtement long que les Romains portaient sur la tête et qui couvrait le corps entier.
amice (eng), amitto (ital).

Amict Amict.

 

Aube

Du latin alba qui signifie « blanc ».
L'aube est une tunique longue et de couleur blanche portée par les clercs, de l'évêque à l'enfant de chœur. L'aube est ainsi nommée à cause de sa couleur et trouve son origine dans la tunica talaris des Romains, tunique à longs pans, tombant jusqu'aux chevilles et fixée à la taille par un cordon. L'aube se porte sous la chasuble, la chape ou la dalmatique.

alb (eng), camice (ital).

Aube Aube

À gauche :
Aube
, tulle, c. 1850.
Hombourg (Belgique), église Saint-Brice.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

À droite :
Aube, lin, 1603.
Scherpenheuvel (Belgique), église Notre-Dame.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Bourse de corporal

Du latin bursa qui signifie « peau, cuir ».
La bourse ou portefeuille est destinée à contenir le corporal dont le célébrant se sert pour le Saint Sacrifice de la messe. Il est formé de deux carrés en carton (env. 20 cm de côté) revêtus à l'extérieur d'un tissu de soie identique à celui de la chasuble et à l'intérieur d'une doublure assortie.
burse (eng), borsa del corporale (ital).

Bourse Bourse

À droite :
Bourse
, première moitié du XVIIIe siècle.
Bruxelles, cathédrale Saints-Michel-et-Gudule.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Chape

Du latin cappa qui signifie « capuchon, cape ».
Grande cape de cérémonie agrafée par-devant et portée par les officiants principalement lors des bénédictions solennelles, aux vêpres et aux laudes solennelles et lors des processions.
La chape n'a aucune signification symbolique ; elle est portée par les simples clercs comme par les évêques.
cope (eng), piviale (ital).

Chape

Chape, soie, XIXe siècle.
Barvaux (Belgique), église Saint-Laurent.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Chasuble

Du latin casula qui signifie " manteau à capuchon ".
Vêtement sacerdotal à deux pans et sans manches avec une ouverture pour la tête, que le prêtre revêt par dessus l'aube et l'étole pour célébrer la messe.
La chasuble est très souvent brodée et sa couleur est fonction du temps de l'année liturgique. Elle s'accompagne toujours du voile de calice, de la bourse ou portefeuille, du manipule et de l'étole.
chasuble (eng), pianeta (ital).

Chasuble Étole, chasuble, manipule, bourse et voile de calice

À gauche :
Chasuble
.
Tissu, soie
, deuxième moitié du XVIe siècle.
Liège, église Saint-Martin.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

À droite :
Étole, chasuble, manipule, bourse et voile de calice.
Soie et brocart d'or, XVIIIe siècle.
Jauche (Belgique), église Saint-Martin.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Cordon d'aube

Le cordon ou cingulum est mis immédiatement sur l'aube pour la serrer à la taille et, par là, éviter que son ampleur gêne le prêtre dans ses mouvements. Le cordon est généralement blanc, mais il peut cependant suivre la couleur du jour et être de même teinte que l'ornement.
cincture (eng), cingolo di camice (ital).

Cordon d'aube Cordon d'aube.

 

Dalmatique

Du latin ecclésiastique dalmatica qui signifie « blouse en laine de Dalmatie ».
Sorte de chasuble en forme de croix avec des manches courtes. Elle est portée par le pape et les diacres.
dalmatic (eng), dalmatica (ital).

Dalmatique - XIXe siècle Dalmatique - XVIIe siècle

À gauche :
Dalmatique
, soie, milieu du XIXe siècle.
Momalle (Belgique), église Notre-Dame.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

À droite :
Dalmatique, soie, or et argent, seconde moitié du XVIIe siècle.
Namur (Belgique), cathédrale Saint-Aubain.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Étole

Du latin stola qui signifie « longue robe ».
Écharpe portée par les diacres, les prêtres et les évêques sur l'aube ou le surplis. Autrefois portée en bandoulière par les diacres et croisée sur la poitrine pour les prêtres, elle est aujourd'hui simplement passée autour du cou. Depuis le XVIe siècle, elle adopte les couleurs de l'année liturgique.
Pendant les huit premiers siècles de l'ère chrétienne, elle s'appelait orarium – du latin os, le visage – et consistait en un linge fin utilisé par les personnes qui parlaient en public pour s'essuyer le visage.
L'étole est confectionnée dans le même tissu que la chasuble dont elle est dépendante. Seule la croix du cou est obligatoire.
stole (eng), stola (ital).

Étole Étole

À gauche :
Étole
, tissu, première moitié du XIXe siècle.
Ville-du-Bois (Vielsalm, Belgique), église Saint-Donat.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

À droite :
Étole, tissu, soie et or, deuxième moitié du XIXe siècle.
Vellereille-les-Brayeux (Belgique), abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Huméral

Du latin humerus qui signifie « épaule ».
Longue bande de tissu ressemblant à un grand châle (env. 50 cm en largeur sur 250 cm en longueur), placée sur les épaules du prêtre ou du diacre qui prend en mains le Saint Sacrement. L'huméral possède une large poche à chacune de ses extrémités où le célébrant introduit ses mains pour présenter l'ostensoir à l'adoration des fidèles.
humeral veil (eng), velo omerale (ital).

Huméral Huméral Huméral.

 

Manipule

Du latin manipulus qui signifie « poignée ».
Bande d'étoffe de la même matière et de même couleur que la chasuble, portée au bras gauche par le prêtre, le diacre et le sous-diacre, du IXe siècle jusqu'au concile Vatican II. À l'origine, le manipule se portait sur la main gauche avant de remonter sur le même bras à partir du IXe siècle. Il est réservé aux ordres majeurs et ne se porte qu'avec la chasuble ou la dalmatique.
maniple (eng), manipolo (ital).

Manipule

Manipule, velours et or, deuxième moitié du XIXe siècle.
Bovigny
(Belgique), chapelle Saint-Roch.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Pallium

Du latin pallium qui signifie « manteau ».
Ornement sacerdotal de laine blanche orné de six croix noires, que le pape, les primats et les archevêques portent autour du cou pendant les célébrations liturgiques. Le pallium symbolise la brebis égarée que le Sauveur rapporte au bercail.
pallium (eng), pallio (ital).

 

Rochet

Vêtement de chœur porté par les évêques et les prélats. Les chanoines portent également le rochet au chœur par indult (privilège accordé par le pape en dérogation du droit commun).
Le rochet a presque la même forme que l'aube : mêmes manches, même corps mais s'arrêtant à la hauteur des genoux.
rochet (eng), rocchetto (ital).

Rochet

Rochet.

 

Surplis

Du latin super pelliceum, c'est-à-dire qui se porte par dessus le pelliceum ou tunique de peau.
Aube raccourcie s'arrêtant à la hauteur des genoux. Pour les prêtres et les clercs, il doit être en toile de lin ; pour les chantres, les sacristains et les enfants de chœur, il est généralement en coton. Le surplis se porte au chœur par dessus la soutane.
surplice (eng), cotta (ital).

Surplis Surplis

À gauche :
Surplis
, lin, XIXe siècle.
Gent (Belgique), église Saint-Nicolas.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

À droite :
Surplis, lin, début XXe siècle.
Virton (Belgique), église Saint-Laurent.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.

 

Voile de calice

Du latin velum qui signifie « tenture, rideau ».
Voile destiné à recouvrir le calice, la patène et la pale du célébrant.
Il est confectionné dans le même tissu que la chasuble dont il est dépendant. Il mesure environ 50 cm de côté et est habituellement muni d'une doublure assortie à celle de la chasuble.
chalice veil (eng), velo di calice (ital).

Voile de calice

Voile de calice, velours, première moitié du XIXe siècle.
Bertogne
(Belgique), église Saint-Lambert.
Cliché : © IRPA-KIK - Bruxelles.



Texte de la Messe traditionnelle.

PAGE PRÉCÉDENTE          SOMMET DE LA PAGE

   Page personnelle de Fabrice MULLER   Page précédente

 
 
     
 
Actualités...

Prochaines visites guidées :

  • dimanche 29 juin 2014 – Fête du Terril (infos).
  • dimanche 6 juillet 2014 – De la citadelle aux Tawes : la nature en ville (infos).
  • samedi 2 août 2014 – Les fortifications de la citadelle (infos).
  • samedi 20 septembre 2014 – Les terrils des Tawes : de Bernalmont à Batterie (infos).

Pour toutes les visites guidées : voir le programme.

Pour tout savoir sur les nouveautés et les visites guidées organisées, vous pouvez vous inscrire ci-dessous :

Adresse de courriel :   Inscription Désinscription            Il y a actuellement inscrits.
Le site est compatible avec la majorité des navigateurs récents : IE, Opera, Firefox, Google Chrome, Safari... sur PC et Mac.
 
 
Réalisation : © Fabrice MULLER – 1995-2013.
Date de création de la page : 2001 – Dernière modification : 15-09-2008 .